Blog

Afrique: Le défi de l’emploi des jeunes

Les défis qui attendent l’Afrique sont immenses.La moitié des jeunes Africains sont aujourd’hui sans emploi. Qu’en sera t-il en 2050 quand on sait que sa population doublera d’ici 2050 et deviendra donc encore plus jeune ?

Offrir aux jeunes des emplois: c’est le grand chantier auquel les Etats africains doivent s’attaquer au plus vite. Si ce défi n’est pas relevé, les jeunes du continent continueront de prendre des bateaux de fortunes pour tenter de rejoindre l’eldorado européen.

Relever de tels défis passent par accorder une place centrale à l’éducation, mais aussi à comment trouver des emplois à ces millions de jeunes. L’ONU estime que le groupe des jeunes de 15 à 24 ans augmentera d’environ six millions par année au cours de la prochaine décennie; d’ici 2050, l’âge médian sera à peine de 24 ans. « Le principal problème en Afrique, ce n’est pas le chômage, mais plutôt le sous-emploi « disait Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour la Région Afrique.

» Les jeunes en Afrique ne peuvent pas se permettre de rester à la maison. Beaucoup d’entre eux vendent des marchandises dans la rue ou lavent des voitures dans la ville pour gagner leur vie ». C’est une poudrière encore plus importante qui s’annonce si les gouvernants ne font pas de l’emploi une priorité. Ils doivent mieux investir dans l’agriculture et l’élevage, secteurs où la majorité des africaines sont actifs. Dans un autre coté, il y’a aujourd’hui un décalage énorme entre les gouvernants du continent et une certaine jeunesse. Des milliers de Startups aux idées innovatrices attendent des financements qui n’arriveront sans doute jamais temps que le paradigme de notre développement n’est pas revu. Financer les startups est un investissement sûr…

Un pays comme le Kenya est un exemple pertinent dans la nécessité d’investir dans les nouvelles technologies et les entreprises innovantes. Nairobi est fier de M-Pesa qui offre aux populations un accès à des comptes d’épargne sur des cartes SIM de téléphones mobiles. Même une personne trop pauvre pour s’acheter un téléphone portable peut se procurer une carte SIM, ouvrir un compte à l’aide d’un téléphone emprunté, avoir accès à un crédit, le rembourser, et multiplier ainsi ses antécédents de crédit. Les possibilités qu’offre ce type d’innovation à travers le continent sont immenses.

Partager:

Commentaires:


  • Vitus LAWSON
    2018-03-10 15:21:36

    Félicitation Grâce

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire